Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

Augmentations des cotisations : Force est de constater que les valeurs originelles d’ouverture à tous de l’Association Sportive et Culturelle (ASC) sont mises à mal tout simplement parce que les budgets versés par l’ASC Nationale sont insuffisants...

asc

En mars 2010, la Cgt attirait l’attention des adhérents sur la création d’une ASC Nationale à BNP Paribas, au détriment des ASC locales qui ont été dissoutes.

Concernant plus particulièrement l’ASC Paris, elle perdait de fait son statut d’association régie par la Loi de 1901 pour dépendre totalement de l’ASC nationale. Cela revenait aussi à perdre tout pouvoir juridique, toute liberté de fonctionnement et à n’avoir plus aucune autonomie pour la création de nouvelles activités.

Aujourd’hui sans trop savoir qui prend réellement les décisions, il n’en demeure pas moins que les cotisations des adhérents BNP Paribas et de leurs ayants droit sont passées de 35 euros par an à 50 euros.
Par ailleurs, les sections de l’ASC se voient de plus en plus souvent imposer une cotisation supplémentaire.

  • Si la cotisation pour les adhérents BNP Paribas relevant de la première catégorie ne change pas cette année, cela n’est pas le cas des conjoints qui passent dans la deuxième catégorie et qui se verront appliquer une cotisation s’élevant à 70 euros par an.
  • Pour les adhérents de la troisième catégorie, elle passe de 175 euros à 200 euros.

Force est de constater que les valeurs originelles d’ouverture à tous de l’ASC sont mises à mal tout simplement parce que les budgets versés par l’ASC Nationale sont insuffisants, et que cette dernière ne fait pas pression auprès du CCE, et indirectement auprès de la Direction, pour une augmentation conséquente de ces budgets.

La Cgt ne peut que regretter cette hausse des cotisations qui grève le pouvoir d’achat des adhérents, sans permettre la création de nouvelles activités réellement innovantes.

Ces nouveaux tarifs risquent de décourager des salariés et/ou leurs proches d’adhérer à l’ASC, alors même que les bénéfices de l’exercice d’un sport ou d’une activité culturelle, sont largement reconnus et que sa pratique au sein de l’entreprise permet de concilier vie professionnelle, vie privée et loisirs.