Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

 enregistrement

L’encadrement justifié des pratiques et la transparence des produits issus des marchés financiers avaient débouché sur la mise en place d’une première directive européenne, MIF.

Cela n’a pas empêché :

  • Votre crise de 2008, devenue aujourd’hui Votre alibi, et
  • à force d’avoir usé et abusé, entre autres, de méthodes managériales inappropriées, amenant à des prescriptions financières inadaptées aux besoins de nos clients, d’amener le gendarme réglementaire à sévir une seconde fois !!!

MIF 2 a mis fin à MIF 1 !

Une réglementation plus exigeante, nécessitant jusqu’à l’enregistrement des conversations téléphoniques relatives à des prises d’ordres et des conseils sur instruments financiers et ce dès janvier 2018, mais que déjà, la BNP PARIBAS a réussi à moduler, en retardant, parce que n’ayant pas anticipé ou simplement cru qu’elle pourrait échapper à la loi, son application à septembre 2018 mais surtout en présentant une solution permettant s’enregistrer seulement les prises d’ordre mais pas forcément le conseil !!!

Aussi donc, nous est demandé de rendre un avis sur ce projet BDDF dit d’enregistrement des prises d’ordre et conseil par téléphone.
Nous ne nous satisferons pas de faire abstraction du tronçon « conseil », mais nous ne pouvons que nous réjouir que le minimum négocié puisse éviter, à nouveau, de faire les choux gras de la presse à scandales.

L’objectif cible est facile à atteindre mais l’application stricto sensu de la réglementation l’est un peu moins, aussi serez-vous amenés à faire évoluer ce dispositif fréquemment ; les turpitudes du passé créent de nouvelles contraintes, une fois de plus, sur les commerciaux de la banque dont les seules récompenses sont, le plus souvent, les brimades ou l’explosive incitation commerciale !

Nous ne pouvons que prendre acte de ce projet car dure est la loi, mais c’est la loi et nous inquiéter à nouveau des évolutions à venir de ce dispositif tout en craignant qu’un MIF 3, héritier de la crise à venir, nous impose de nouvelles contraintes sur nos activités.