Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

Déclaration préalable de la cgt

 commission

Cette commission de CCE est toujours particulière du fait de la dimension de notre CEGPAC au périmètre National. En parcourant les réponses apportées aux questions posées par l’ensemble des organisations syndicales, il est évident que nous avons l’impression de relire ce que nous avons déjà entendu dans nos plénières mensuelles du CEGPAC.

Pour autant, cette commission conserve tout son intérêt puisque BDDF Opérations fait partie intégrante de BDDF et revêt une importance non négligeable au sein de BNP Paribas SA.

En présence des représentants de la Direction Générale, nous considérons ce rendez-vous incontournable tant les sujets sont nombreux et forts...

BDDF Opérations n’échappe pas à l’orientation définie par la politique de BNP Paribas SA, celle qui consiste à réduire les coûts

Nos métiers sont confrontés, après avoir vécu le Schéma Directeur à de nouvelles transformations, à des réorganisations, des centralisations ou des redistributions d’activités qui conduisent aujourd’hui (après les BPACs) à des fermetures d’APACs.

Ces opérations se réalisent, certes, sans accélération démesurée, en s’appuyant sur un turn-over naturel, mais obligent l’ensemble des collègues concernés à se positionner vers des reclassements de plus en plus compliqués qui impliquent pour un grand nombre d’entre eux, des mobilités fonctionnelles et/ou géographiques... Tant en Province qu’à Paris.

Et que dire de l’intérêt au travail, lorsque des activités à valeur ajoutée disparaissent et qu’après plusieurs années de bons et loyaux services, un collègue se voit offrir une seule et unique activité !

L’Emploi, le poste de travail sont sans cesse remis en question, malgré les compétences acquises, les perspectives d’évolution professionnelle pour beaucoup de nos collègues deviennent inexistantes sauf exception…
Les conséquences de la politique de BDDF Opérations sont bien réelles, nous vous alertons pourtant régulièrement sur ces difficultés rencontrées.

D’autres sujets matérialisent aussi notre inquiétude :

  • Le recours récurrent à l’intérim, aux CDD, particulièrement dans les Apacs FP ET Agence Crédit mais aussi bien d’autres secteurs… Soit un chiffre global et lissé sur l’année 2016 de 400 ETP.
    Est-ce la bonne réponse aujourd’hui alors qu’il y a environ deux ans, la RH Groupe reconnaissait que cette situation ne pouvait perdurer !
  • L’explosion des heures supplémentaires exécutées non seulement pas nos collègues BNPP mais aussi par les intérimaires….
  • Une réduction constante des effectifs et plus particulièrement sensible sur les GPACS de Province.
  • Une politique de rémunération à la sélectivité accrue, une fréquence inacceptable de 47 mois, un variable au saupoudrage contestable qui conduit à de forts mécontentements et à des incompréhensions…
    Ces mesures drastiques s’ajoutent à l’absence de mesure pérenne depuis deux années dans le cadre de la NAO …

Un fort sentiment d’injustice s’installe, mais n’est-ce pas cela votre objectif, celui de conduire les femmes et les hommes à être individualistes et surtout formatés pour le seul intérêt de l’entreprise !

La vie personnelle ne compterait–elle pas puisque pour être « récompensé » aujourd’hui, il faudrait faire plus que son travail et être corvéable les samedis, y compris pour effectuer des heures supplémentaires récurrentes !

Back Office hier, Middle Office aujourd’hui et demain, là n’est pas la question, celle qui nous préoccupe, c’est combien serons-nous demain au sein de nos différentes structures parisiennes et provinciales, et pour quelles perspectives d’évolution de carrière ?

Autre sujet et constante préoccupation :

Quel avenir pour les Sites de Toulouse, de Rouen, d’Angers, de Strasbourg et autres sites de BDDF Opérations… Tous ces collègues n’ont pas le droit d’être abandonnés pour de seuls objectifs de réduction de coûts, cette orientation est peu respectueuse de l’investissement et de la conscience professionnelle de ces femmes et de ces hommes depuis toujours.

Les réponses qui nous ont été apportées jusqu’à ce jour sont insuffisantes et les conditions de travail se dégradent, cela est générateur de stress et les risques psycho sociaux sont bien réels.

Vos projets qui impliquent certaines réorganisations, les adaptations aux nouveaux outils, les changements peuvent être acceptés à la seule condition qu’ils respectent tous les salariés jeunes ou séniors de BDDF Opérations.
A ce sujet, nous vous rappelons qu’il existe des accords d’entreprise, ils ne sont pas là pour faire vitrine…

Pour conclure

Nous pouvons convenir que BNP Paribas soit constamment « en marche », s’adapte, se transforme… mais il existe aussi une évidence, celle que vous avez tendance à négliger au fil des dossiers que vous nous présentez, c’est le capital humain, c’est-à-dire les femmes et les hommes qui font et qui ont fait l’entreprise.

Nous vous demandons un engagement fort et total pour permettre à chacun de nos collègues de travailler avec plus de sérénité, ce message ne doit pas rester inaudible, vous devez aussi le transmettre à vos lignes managériales de proximité car nous constatons trop de dérives inacceptables…

La qualité de vie au travail doit être préservée, c’est tout l’intérêt de l’entreprise...