Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

DÉCLARATION PRÉALABLE DE LA CGT

Et bien nous y voilà, EN MARCHE !

Depuis quelques mois, en effet, l’alignement des planètes semblait profiter autant à une caste qu’à un homme.

Aujourd’hui, c’est fait ! Un ancien banquier est élu, un ultra-libéral, européen convaincu, qui va nous indiquer la marche à suivre ; enfin, avec le sourire intérieur que connaissaient déjà nos élites et nos directions, pourra s’afficher un franc sourire extérieur !

Pas comme il y a 5 ans, et pourtant on nous avait aussi déjà bien fait marcher : vous vous souvenez, cette grande et belle anaphore concernant l’ennemi désigné qu’était la finance.

En 5 ans, jamais les inégalités sociales, en particulier celles sur les salaires n’ont été aussi fortes ; aussi soulignons-nous avec dépit la forte hausse des rémunérations, excusez-nous, la forte hausse des rémunérations des dirigeants, des mandataires sociaux ou des 10 rémunérations les plus élevées, bénéficiant de taux d’augmentation compris entre 13 et 34% sur ces 5 dernières années tandis qu’en 5 ans, la masse salariale n’évoluait, elle, que de 3 et quelques pour cent.

Et que dire de l’inflation galopante des dividendes : +77,21% sur ces 5 dernières années ! Des milliards versés à quelques-uns, bien éloignés de la réalité du terrain ou de l’intérêt général. Pas d’inquiétudes pour nos collecteurs de bénéfices, les actionnaires, la FINANCE peut être rassurée, un des siens est aux commandes.

Par contre, pour la grande majorité, la force du marché va entrainer une marche forcée !

En 2017, l’ennemi désigné, c’est le SALARIAT !

Malgré un premier trimestre record, comme une année 2016 record, les annonces stratégiques nous prouvent que de très mauvaises solutions trottent dans la tête de nos dirigeants : des réductions d’effectifs, une pression sur les salaires, sur les fréquences d’augmentation de promotions, un management anxiogène, une formation orientée et à destination de panels réduits.

La financiarisation du travail a mené à toutes les restructurations que l’on vit quotidiennement dans ce groupe.
Les conséquences sociales sont édifiantes : de trop nombreux laissés pour compte, un taux d’absentéisme proche d’un taux de retour sur fonds propres, un mal-être significatif chez de nombreux salariés et une employabilité qui pose de plus en plus de questions !

Il est temps de tenir compte de toutes les mises en garde que nous vous lançons régulièrement, en, et hors de ces instances.

Il est un capital immatériel qu’il vous faut préserver, développer et accompagner, c’est le capital humain, celui qui a porté la BNPP là où elle est arrivée.

Et nous ne pensons pas que des solutions émergeront d’un GPS ; tout juste devrait-il vous guider au-delà des chiffres et des excellents résultats vers l’absolue nécessité d’accompagner les salariés.

A un moment crucial où le dialogue social tant prôné est sur la sellette, il est de votre devoir d’écouter et de répondre à nos alertes.