Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

Pour la D.G, il faut résister au contexte économique et règlementaire. « Si rien n’est fait, le résultat de BDDF baisserait de 60% ». Sur un Résultat Net Avant Impôts (RNAI) qui s’établit à la coquette somme de 1,251 milliards, l’argument est de taille !

dm2020

Pour développer le PNB et gagner 1% de parts de marché, la meilleure solution, selon la Direction, est de réduire le nombre de nos portes d’entrée en fermant 200 agences environ sur les 4 ans à venir (plus de 10% de notre « parc ») et de réduire d’autant les effectifs, à hauteur de 2 à 4% par an jusqu’en 2020.

Mais surtout, pas d’inquiétudes, le « pacte social » sera respecté. Il n’est pas envisagé de PSE avant 2020 !
BNP PARIBAS SE TARGUE DE CREER DES EMPLOIS ALORS QUE POUR ASSURER LE TURN-OVER TROP IMPORTANT LES DEUX PREMIERES ANNEES, ELLE EMBAUCHERA DES CDD ET ENVISAGE MEME DE FAIRE REVENIR DES RETRAITES AU TRAVAIL !

La seule bonne nouvelle de ce plan stratégique est, qu’enfin, notre outil sera modernisé: un grand chantier informatique serait en cours afin de fiabiliser, de sécuriser, de moderniser et de fluidifier nos transactions.

Pour ce faire, des 3 milliards d’investissements promis par Jean-Laurent BONNAFE lors de la présentation du plan du groupe 2020, 1 milliard sera affecté à domestics Markets.
Pour Bddf l’investissement sera de 600 millions, dont la moitié serait affectée à la rénovation de l’outil informatique. ENFIN dirons-nous !

Les réseaux domestiques, qui ont surperformé, ont investi dans l’humain, en faisant progresser leurs effectifs, qu’ils aient ouvert ou fermé des agences.(Crédit Mutuel, CIC, CRCA)

A l’inverse, BNP Paribas persiste à appliquer la stratégie destructrice des années 2012 à 2016, avec un résultat sur le PNB fort critiquable.

En réalité, le marché français, «trop concurrentiel», n’est pas une priorité pour la D.G de BNPP !

LA PRÉSENTATION TRÈS, TROP GÉNÉRALE, N’A PAS PERMIS DE LEVER BIEN DES INCERTITUDES

La Direction affiche l’ambition de passer de 6 à 7% de parts de marché. cela ne représente rien de moins qu’une progression de 15%... avec des effectifs qui continueraient à se réduire !
Le développement du digital permettra-t-il d’atteindre ce résultat en permettant la nécessaire amélioration de la pression exercée sur le Personnel ? Rien n’est moins sûr !

Tout le Personnel se verra-t-il offrir la possibilité de s’adapter à l’évolution des métiers, ou y aura-t-il une rupture des connaissances pour accompagner le développement du digital ?
La Direction n’a pas apporté de réponse sur l’investissement prévu en termes de formation, alors que l’accord sur la gestion Prévisionnelle des Emplois et des compétences (GPEC) renouvelé en 2016 n’est pas explicite sur le sujet.

Au final, la présentation de #BDDF2020, apporte des réponses aux investisseurs, pas au Personnel.

La Direction doit comprendre qu’il est nécessaire de répondre aux aspirations légitimes de ses salariés en termes :

  • de perspectives d’évolutions professionnelles,
  • de soutenabilité de la charge de travail,
  • d’égalité professionnelle,
  • de rémunérations.

En bref, d’accroître l’activité de l’Entreprise en plaçant l’humain au centre de l’organisation et du développement de l’Entreprise.