Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

Suite à la dénonciation le 13 décembre par la Direction de l’accord relatif aux primes de médailles et aux gratifications d’ancienneté de service, s’est tenue la négociation obligatoire du 19 décembre.
L’ensemble des Organisations syndicales représentatives s’est positionnée contre la décision de la Direction.
Oui mais… un « avantage » en remplace un « autre ».

PROPOSITIONS DE LA DIRECTION

Versement de :

  • 100% de la prime en cas d’éligibilité en 2018 et 2019
  • 50% de la prime en cas d’éligibilité en 2020 et 2021

TROP DE PERDANTS

Tous les collègues qui ne sont pas éligibles d’ici à 2022 perdent. Les plus impactés sont les collègues qui ont commencé leur activité professionnelle (dans ou hors BNP PARIBAS)

  • Il y a 16ans, ils perdent la prime des 20 ans !
  • Il y a 26ans, ils perdent la prime des 30 ans !

Exemple pour un collègue qui aurait un salaire brut de 3.000€/mois et aurait fait toute sa carrière à BNP PARIBAS :

  • Prime de 20 ans, vous perdez 2.625€
  • Prime de 30 ans, vous perdez 4.050€
  • Soit un total de 6.675€

LA CGT VOUS RACONTE LA VRAIE HISTOIRE

Rentrée 2017 :
Négociation d’un accord de groupe relatif à la mise en place d’un régime de retraite complémentaire obligatoire à cotisations définies (Article 83 du code des impôts), en remplacement du PERE (dispositif Malakoff Médéric)

Novembre et début décembre :
Election des représentants du Personnel au Conseil d’Administration (silence radio)

13 décembre :
Lettre en recommandé avec AR de la Direction annonçant la fin du dispositif des primes de médailles et gratifications pour ancienneté de service, avec mise en place de la négociation pour un accord de substitution le 19 décembre.

18 décembre :
Notification de la signature par 3 organisations syndicales de l’accord groupe de retraite complémentaire.(Art.83)

19 décembre :
Négociation d’un « accord de substitution » au rabais sur seulement 4 années.

IL NE FAUT PAS SE CACHER DERRIERE SON PETIT DOIGT. Concrètement, valider l’accord Art.83(CFDT-FO-SNB) signait de facto l’arrêt de mort des primes. Tout le monde le savait puisque la Direction l’avait annoncé.

Chacun doit assumer ses responsabilités.

POSITION DE LA CGT

La Cgt se positionne pour un réel accord de substitution. Pour cela, comme la loi le prévoit, la Direction doit répondre à nos questions pour que nous disposions des informations nécessaires permettant de négocier en toute connaissance de cause.

Or, la Cgt a demandé le montant des provisions affectées aux primes et gratifications, chiffre qui doit représenter plusieurs dizaines de millions d’euros et que la Direction refuse de communiquer. Une vraie négociation loyale et sincère !