Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VOIR LE DOCUMENT ORIGINAL

Lettre ouverte à
Monsieur Jean-Laurent BONNAFÉ, Directeur Général,
Monsieur Yves MARTRENCHAR, Directeur des Ressources Humaines.

Messieurs,

Le 27 septembre 2016 se sont ouvertes les réunions consacrées à la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO). Selon vos souhaits, la troisième et dernière séance est prévue pour le 20 octobre à 9 heures.

Comme vous le savez les textes qui régissent la Négociation Annuelle Obligatoire prévoient un examen du partage de la valeur ajoutée, des conditions d’emploi, de travail et de rémunération. Cette négociation se doit d’être réelle et non formelle. Cela implique que les revendications exprimées par les organisations syndicales doivent être discutées de façon approfondie.

Nous en arrêterons là pour les textes qui régissent ces négociations. Elles sont très attendues par les salariés car il s’agit, tout simplement, d’obtenir une reconnaissance de leur implication permettant les bons résultats de l’Entreprise.

La façon dont les « négociations » sont menées est aux antipodes de la loi. Lors de la deuxième réunion, vos Représentants se sont permis un chantage déguisé à l’emploi et, pire encore un chantage qui indiquait : mesure pérenne contre une baisse de l’enveloppe des révisions individuelles, laquelle a déjà baissé de 17 % pour l’année 2016.

Depuis plusieurs années, malgré les très bons résultats de BNP Paribas, vous avez toujours un motif à nous opposer, pour refuser une évolution positive de la rémunération fixe des salariés, de l’emploi et des conditions de travail.

Depuis plusieurs années, vous avez décidé d’une «modération salariale» devenue insupportable pour le Personnel, d’autant que, les rémunérations des principaux dirigeants de notre Entreprise ont connu une progression récurrente, qui atteint l’indécence pour les actionnaires. (source documents de référence BNPP).

La CGT BNP Paribas, porteuse des revendications des salariés vous demande, pour le jeudi 20 octobre, de ne pas vous limiter à l’annonce de l’amélioration du montant de la prime que vous avez proposée dès le début de la négociation.
Le Personnel et ses Représentants attendent un véritable examen du partage de la valeur ajoutée et des propositions qu’ils ont formulées.

Les salariés, attendent de leur Direction Générale, un geste fort de reconnaissance, qu’ils pourraient constater et mesurer dans leur quotidien. Le Personnel doit pouvoir vivre dignement de son salaire. Aujourd’hui ce n’est plus le cas pour tous à BNP Paribas.

En rester à une discussion formelle avec la seule annonce d’une évolution du montant de la prime, pourrait constituer le terreau d’un mécontentement grandissant et inorganisé dont personne ne peut prédire vers quoi il nous amènerait.

Messieurs, la Cgt BNP Paribas vous demande de remercier dignement votre personnel qui fait la banque de tous les jours. Car c’est bien grâce à son engagement quotidien que les actionnaires ont pu bénéficier d’une augmentation de 193 % du dividende par action entre 2011 et 2015.

Cordialement,

Laetitia VALLÉE
DSNA CGT

François BESNARD
DSN CGT