Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

Une cinquantaine d’organisations : des syndicats, des ONG, des partis politiques, des associations ont répondu à l’initiative d’Attac et de la fondation Copernic d’organiser « une marée populaire pour l'égalité, la justice sociale et la solidarité » le 26 mai.

Partout en France, la Cgt appelle à participer à la « marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité » qui doit déferler pour imposer une autre répartition des richesses dans notre pays.

Faut-il rappeler que la France est le premier pays au monde en matière de dividendes versés aux actionnaires, soit l’équivalent de 407 milliards d’euros en 10 ans, cela au détriment de l’intérêt général et du pouvoir d’achat du plus grand nombre ?

Compte-tenu de l’urgence sociale, la Cgt a pris la décision de construire cet appel avec d’autres organisations syndicales, associatives et politiques dans le respect des périmètres d’intervention et des prérogatives de chacune des organisations. La Cgt reste ainsi fidèle à ses principes d’indépendance tout en favorisant l’expression du plus grand nombre de citoyens.

Un constat s’impose, Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef sont décidés à imposer coûte que coûte une restructuration en profondeur de la société française.

La multiplication des mesures prises avec brutalité sur tous les fronts a pour objectif de créer un effet de sidération et espérer ainsi empêcher toute réaction. Le patronat profite de la situation pour multiplier les restructurations et rester sourd aux revendications du monde du travail. En s’en prenant aux personnels à statut, en particulier aux cheminot.es, Emmanuel Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.

Regarder la conférence de presse des organisations signataires de l'appel
 

Ce coup de force peut échouer, car les mobilisations se multiplient dans le pays

Une question essentielle se pose. Elle concerne la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Voulons- nous vivre dans une société où les droits sociaux seraient réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle ?

Ou, au contraire, voulons-nous une société plus juste, plus solidaire, plus démocratique, plus égalitaire avec un meilleur partage des richesses ?
Tel est l’enjeu.

Le gouvernement espère que ces mobilisations sectorielles restent isolées et qu’il pourra les défaire les unes après les autres en tenant bon, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Affichant sa détermination, il espère ainsi décourager.

Il se trompe, comme le montre la multiplication des collectifs citoyens en lien avec les salarié.es, les retraité.es et les étudiant.es, ainsi que le succès de la solidarité aux grévistes, notamment à ceux de la SNCF.

Il s’agit maintenant d’aller plus loin et, toutes et tous ensemble, d’affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce gouvernement. Il fait la sourde oreille, il faut le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.

La réussite de cette journée d’action sera un nouveau cap dans la construction d’un rapport de force indispensable à développer pour contrer les mauvais coups du Patronat, du Président Macron et de sa majorité parlementaire, et pour faire valoir l’exigence d’autres choix économiques et sociaux.

Comment partICIper

A Paris, et partout en France, rassemblement de toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen.

Pour consulter la carte des manifestations, rendez-vous sur le site dédié à "La marée populaire"

carte manifestations web

Pour Paris, le rendez-vous est à 14h30 Gare de l’est.