Investissez la Cgt - Syndiquez vous

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 pdf VERSION IMPRIMABLE

manifestation le 19 octobre 2017

LOI TRAVAIL, DES CONSEQUENCES INACCEPTABLES

DES MOBILISATIONS GAGNANTES

La réforme du Code du travail redéfinit l'articulation entre accords d'entreprise et de branche et permet aux accords d'entreprise de s'imposer sur certains sujets, comme celui des primes, du 13e mois, etc.

Pour les salariés, le risque est d’être confronté au dumping social dans chaque profession.

Début octobre, les salariés du transport routier ont conclu un accord permettant de sanctuariser dans leur convention collective de branche, la rémunération des chauffeurs menacée par la réforme.

Les dockers viennent également d’obtenir une dérogation de la réforme pour leur profession, après une grève des heures supplémentaires en cours depuis le 2 octobre et qu'un appel à un arrêt de travail était lancé pour le lundi 16 octobre.

Les métallurgistes se sont également engagés dans un mouvement pour leur profession en fin de semaine.

Si le mouvement interprofessionnel ne mobilise pas suffisamment, seules les professions déterminées à défendre leurs intérêts, échapperont à une mise en concurrence entre salariés d’une même branche professionnelle.

Alors que les conditions de travail n’ont jamais été aussi dégradées, les ordonnances imposent la suppression des CHSCT (comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail).

Alors que nous travaillons toutes et tous en sous-effectif quasi permanent, les ordonnances facilitent les licenciements.

Alors que les licenciements pour des erreurs sans conséquences pour l’entreprise se multiplient et que les salarié-e-s n’ont plus droit à l’erreur, les ordonnances plafonnent les indemnités de licenciement.

Alors que nos salaires n’ont pas augmenté depuis de nombreuses années, et que des salarié-e-s ne gagnent pas assez pour faire face aux dépenses incompressibles, les ordonnances offrent la possibilité aux employeurs de baisser les rémunérations.

Alors que les femmes sont moins payées que les hommes, les ordonnances proposent aux employeurs de ne plus fournir de données chiffrées aux représentants du personnel.

Jusqu’à quand allons-nous accepter l’inacceptable ?

Il est temps de dire stop à ces politiques de régressions sociales pour les salarié-e-s.

Ce ne sont pas les actionnaires qui font la richesse de nos entreprises mais les femmes et les hommes qui y travaillent.

A PARIS COMME EN RÉGIONS, LE 19 OCTOBRE,
JE FAIS GRÈVE ET JE MANIFESTE

RECHERCHER

QUI EST EN LIGNE ?

Nous avons 63 invités et aucun membre en ligne