Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

LA LOI TRAVAIL - DES ORIGINES A NOS JOURS

LA PROPAGANDE ANTI CGT SE DECHAINE

Dénigrement, désinformation... Les Pouvoirs publics, La Presse écrite et audiovisuelle sont mobilisés pour discréditer le mouvement de lutte contre la Loi Travail, en ciblant plus particulièrement la Cgt.

Pour réponse à cette "propagande" qui vole au secours du gouvernement, vous trouverez en lien :

Episode 1 : Le rapport Attali

En 2007, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, est commandée une « commission pour la libération de la croissance ».
La demande était de conclure « À bas l’État ! Vive le marché ! Et vivent les dérégulations en tout genre »

Conformément à la « commande », ce rapport rendu en janvier 2008, concluait : « Le monde est emporté par la plus forte vague de croissance économique de l’histoire, créatrice à la fois de richesses inconnues et d’inégalités extrêmes, de progrès et de gaspillages, à un rythme inédit. L’humanité en sera globalement bénéficiaire. La France doit en créer sa part ».Et ce, au moment même ou la planète entière entrait dans une crise économique historique. STUPEFIANT !

Le rapporteur n’était autre qu’ Emmanuel MACRON, il citait en exemple « l’Italie, le Portugal, la Grèce et plusieurs nouveaux États membres ont eux aussi mené des réformes courageuses, pour contrôler leurs dépenses publiques, moderniser leur administration, et mieux recruter leurs agents publics ». Lorsqu'on connait la suite, ça laisse pantois !

Le rapport propose « d’ouvrir très largement les professions réglementées » ; de « réduire la part des dépenses publiques dans le PIB »; « d’assouplir les seuils sociaux » ; « d’autoriser plus largement le travail le dimanche » ; de « déréglementer le Code du travail »… Jacques Attali et Emmanuel Macron donnent leurs ordres aux chefs de l’État – à Nicolas Sarkozy et à ses éventuels successeurs : « Ces objectifs peuvent être partagés par tous, quels que soient leurs choix politiques. Les moyens d’y parvenir, détaillés dans ce rapport, doivent l’être aussi ».
Ou encore « Ces réformes devront ensuite être poursuivies avec ténacité, pendant plusieurs mandats, quelles que soient les majorités… »

23juin

Episode 2 : Se soumettre aux ordres du conseil européen

Automne 2012, juste après son élection, le Président de la République fait adopter par le parlement le fameux TSCG (traité sur la stabilité, la Coordination et la Gouvernance) désigné «pacte budgétaire européen», que Nicolas Sarkozy avait ratifié le 2 mars 2012 !
Nous nous soumettions alors à la règle d’or (la dette publique ne doit pas dépasser 60% du PIB et le déficit 3% du PIB) sous peine de sanctions automatiques.

Episode 3 : du Pacte de compétitivité au CICE

Remis au 1er ministre, le 5 novembre 2012, Le rapport Gallois sur le Pacte de compétitivité tranche dans le vif, au sujet du Pacte Social issu du Conseil national de la résistance.
Il y est écrit que "ce Pacte négocié il y a 60 ans est à bout de souffle, qu’il ne fonctionne plus et qu’il «fossilise» le dialogue social". "Il faut en bâtir un nouveau". "Nous pensons qu’un nouveau pacte social, plus dynamique, adapté aux révolutions que nous traversons, est une clé incontournable de la compétitivité".

Voilà comment sera justifié le CICE qui coûtera sur 5 ans de 2013/2017, 85 milliards d’euros de créances de l’Etat…
Ce qui pour une prédiction de 395.000 emplois créés, représente 215.000 euros par emploi !
Le CICE ce sera à terme près de 20 milliards de moins pour la Protection Sociale.

Episode 4 : Loi de sécurisation de l’emploi

A la suite de l’ANI catastrophique du 11 janvier 2013 (non signé par la CGT), est votée, le 14 juin 2013, la Loi dite de «sécurisation de l’emploi».

Son article 1er est une attaque frontale de notre système de protection sociale (décrié par le patronat et le 1er ministre commanditaire du rapport Gallois) : mobilité forcée, chantage au maintien dans l’emploi, Licenciements sécurisés pour les patrons etc…

Cette Loi préfigure la "Loi Travail".

Episode 5 : Il faut baisser les salaires

Passé inaperçu, en avril 2013, le Conseil d’Analyse Economique, placé auprès du 1er Ministre, propose une note n°5, intitulée « Dynamique des salaires par temps de crise », qui prône d’adapter les salaries à la productivité de l’entreprise et à user, en entreprises, de clauses dérogatoires aux accords de branche, y compris pour les salaires.

Cette note cite pour exemple, pour rendre possible la baisse des salaires l’ANI du 11 janvier 2013 qui avait donc ouvert la voie.

Episode 6 : Le pacte de responsabilité

Tout s’enchaîne donc avec ce Pacte de Responsabilité : 50 milliards d’Euros d’économies sur 3 ans, dont 40 milliards de cadeaux aux entreprises et 21 milliards de baisse pour notre Protection Sociale.

Ce "Pacte" se fonde sur la baisse du coût du travail et la réduction des impôts pour les entreprises.
Mais avec les effets de seuil, Le Pacte c’est surtout une incitation à ne pas augmenter les salaires, donc à les faire baisser !

Episode 7 : Recommandations 2015 du Conseil Européen à la france

Le 13 mai 2015, le Conseil Européen, ordonne notamment à la France de réduire ses dépenses publiques, d’économiser 11 milliards sur celles de Santé, baisser et contrôler les budgets des collectivités territoriales, augmenter le crédit d’impôts aux entreprises, déroger à la durée légale du travail, etc….

Episode 8 : Le rapport Badinter dicte sa loi

Robert Badinter publie en juin 2015, avec A. Lyon-Caen, « Le Travail et la Loi » dénigrant le code du travail et son « obésité ».

Le Premier Ministre lui confie une mission pour édicter les principes du Droit du travail. 61 principes seront énoncés en dehors de toute négociation et tout débat parlementaire et remis au 1er ministre le 25 janvier 2016.

Episode 9 : L’état d’urgence et le 49.3

Entre temps, après les attentats du 13 novembre 2015, l’Etat d’urgence est proclamé et la Loi du 20 Novembre 2015 est promulguée venant le renforcer en instaurant l’assignation à résidence et la dissolution d’association ou groupement qui portent atteinte à l’ordre public, et conférant à l’administration le pouvoir de perquisition en tout lieu à toute heure au domicile des citoyens.

Dans la foulée l’utilisation du 49.3, pour faire passer la Loi Travail, vient conforter le caractère antisyndical et liberticide de ce gouvernement.

Episode 10 : La Ministre du Travail sainte patronne des entreprises

C’est dans la Presse, le 17 février 2016, que la Ministre du Travail annonce son projet de Loi visant à protéger les entreprises.
Sans négociation préalable avec les organisations syndicales… Pourquoi s’embêter avec le Dialogue Social !!!

Episode 11 : Le peuple toujours debout – 1,3 million dans les rues !

Après près de 4 mois de luttes, de mobilisations, de solidarité, atteignant 1,3 million de manifestants dans les rues le 14 juin 2016, l'intersyndicale exige toujours le retrait de ce projet de Loi, en réclamant toujours l'ouverture du dialogue social.

TOUS en grève et dans la rue

Le jeudi 23 juin pendant l'examen au Sénat

et le mardi 28 juin 2016 date prévue du vote au Sénat.

A l'heure ou nous publions ces lignes, les autorisations des manifestations n'ont pas été délivrées par les pouvoirs publics.

Nous vous invitons à suivre les décisions de l'intersyndicale CGT, FIDL, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL.
Elles seront publiées sur le site internet de la Confédération CGT : www.cgt.fr